+ services en département
 
 
 
Accueil > Val-de-Marne > Quatorze entreprises du Val-de-Marne signent la charte pour l’inclusion

Quatorze entreprises du Val-de-Marne signent la charte pour l’inclusion

| Publié le 27 novembre 2020
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Ce jeudi 26 novembre 2020, quatorze entreprises du Val-de-Marne ont signé avec le préfet Raymond Le Deun une charte pour s’engager à poursuivre et développer leur politique d’inclusion. Le club des entreprises inclusives du Val-de-Marne compte désormais 61 entreprises.

Au programme : 13 engagements pour accueillir des personnes en difficulté d’insertion professionnelle, soit parce qu’elles ont un handicap, ou encore qu’ils s’agissent de jeunes issus des parcours d’insertion ou des quartiers en difficulté sociale. Une occasion pour Didier Tillet, le Directeur de l’unité Départementale de la Direccte du Val-de-Marne d’intervenir sur le plan 1 jeune 1 solution. Ce plan mobilise un ensemble de leviers et fait partie du Plan France Relance.

Ont signé jeudi à la Préfecture du Val-de-Marne : Footlocker, Aura Services, Star Services, Leclerc Bonneuil, Générations Services, SGD Pharma, LIDL, Ducrest, SNTPP, Club Gravelle, Recruttop passerelle, Domidom, Dom’vita, le club vivre et entreprendre. Etaient présents Abder-Kader Guerza, Préfet Délégué à l’égalité des chances, et Nicolas Goudy, conseiller à l’emploi et à l’engagement des entreprises du Haut-commissariat au ministère du Travail. D’autres signatures sont prévues fin janvier.

Dans le département, l’initiative est portée à la fois par les services de l’Etat, à commencer par la Direccte qui a identifié des entreprises, et des partenaires comme la Mission Locale des Bords de Marne ainsi que Pôle emploi, qui ont également mobilisé des entreprises. Le club bénéficie de l’appui de Fadila Mirghani, Responsable Recrutement, détection des talents et RSE chez Bluelink qui est l’ambassadrice du club. Sa mission est de partager les bonnes pratiques en matière d’inclusion, d’échanger sur son expérience et d’essaimer vers d’autres entreprises qui ne seraient pas encore engagées. Quant à la CCI, elle participe aux décisions stratégiques du club.

--